Les quatre temps du cycle traumatique.

1.Un mal être.

ILe premier temps de tous nos cycles traumatiques contient un malaise profond, fondamental, le plus souvent informulé et informulable.

 

Il s’agit d’une douleur d’être séparé que chacun traduira à sa façon dans le premier temps du cycle.

 

Grâce à ce temps 1, nous appartenons à une des 8 familles traumatiques selon notre façon de ressentir la séparation (trahison, abandon, rejet, solitude etc.)

 

Très rares sont ceux qui perçoivent le temps UN. Mis à part les grands saints, les sages, ou les quelques premiers de la classe de la vie intérieure. De même, ce temps UN est inaccessible au travail intérieur, soit parce qu’il n’y a pas de douleur, soit parce qu’elle est imperceptible.

2. La "prostitution" ou un amour de rechange : Je me vends. 

Le temps 2 est le temps du début de la souffrance.

 

Souffrant d’être séparé, nous nous mettons en route pour essayer de combler ce manque. A ce moment du cycle, tout en nous se tend vers un amour de rechange, une chaleur de remplacement. Observons combien nous sommes prêts a tout pour retrouver une importance ailleurs, combien nous sommes prêts à nous vendre corps et âme pour un amour, une attention de passage.

 

Ce temps 2 est bien celui ou nous faisons des efforts démesurés pour correspondre aux attentes réelles ou supposées de l’autre. C’est le temps de compromis et des compromissions pour obtenir la moindre reconnaissance. Chacun de nous va développer sa propre stratégie pour se vendre au mieux.

 

Ainsi en fonction des familles traumatiques, allons-nous toujours avoir un second temps spécifiquement adapté au premier. Par exemple lorsque le premier temps traumatique est « le vilain », le second temps sera obligatoirement un « bien sage, bien gentil pour être accueilli ».

 

Mais chacun fera le bien sage a sa façon, soit par le silence, soit par une immobile passivité, soit par la servilité, soit en s’activant dans tous les sens ou encore en portant tout à la place des autres.

 

Dans ce temps 2, il faut aussi savoir que l’imperceptible souffrance du temps UN devient perceptible. Un « j’ai mal d’inconfort »un agacement, une fatigue, un ennui, comme si le fait de nous vendre commençait à nous peser.

 

Et cela augmente car plus on multiplie les efforts de servilité et moins on reçoit l’attention escomptée. A la fin du temps 2, la situation est devenue totalement désespérée, tant il nous faut en faire des tonnes, pour, au bout du compte, obtenir de moins en moins de résultats.

 

3. La révolte contre le bourreau. J'accuse

A la fin du temps 2, nous pommes parvenus a une impasse car nous avons beau multiplier nos efforts, nous ne parvenons pas à combler notre manque premier.

 

Bref, chacun fait le triste constat de sa prostitution, et qu’elle ne lui a finalement rien rapporté. Voilà, on s’est vendu, tellement vendus et on n’est même pas nourris.

 

 

 

 

Alors l’autre devient un bourreau de circonstance. Ce temps 3 sera donc un temps de reproches où nous réclamons notre dû. Il s’agira d’un temps de révolte, de complot contre celui qui n’a pas su nous voir pendant le temps Deux. Si dans le temps deux nous nous tournons vers l’autre, dans celui-ci nous nous retournons contre lui. Là encore chacun développera ses propres modalités de révolte : certains utiliseront le caprice, d’autres l’usure, certains prendront le pouvoir de force, d’autres encore s’insensibiliseront pour devenir inaccessibles.

 

Pour reprendre notre exemple, le « vilain rejeté » devenu « bien gentil, bien sage pour être accueilli » évoluera vers « un agressif pour être remarqué enfin ». Dans tous les cas, après avoir idéalisé l’autre, ce ne sont plus que ses défauts qui retiennent désormais toute notre attention. Et à cet endroit de notre cycle nous pouvons assister au réveil d’une étrange fonction humaine, car chacun de nous devient très clairvoyant envers la faiblesse de l’autre. Tout comme l’enfant sait pointer le défaut dans la cuirasse de l’adulte, nous sommes capables de percevoir le point faible de notre bourreau, c'est-à-dire l’endroit où assurément nous lui ferons le plus mal.

 

Ainsi, en fin de troisième temps, commençons-nous déjà à tramer un complot contre notre persécuteur, pour sauver notre peau d’éternel séparé. Et nous voilà préméditant déjà la rupture avec notre clairvoyance destructrice, car mieux vaut rompre, que de continuer a être si mal ensemble. Bien sur, à force de préméditer, vient toujours le passage à l’acte et nous entrons alors dans le 4ème temps de notre cycle.

4.  La crise de séparation.

Pour ne plus souffrir, il nous faut en finir. Car depuis le début nous sommes séparés et en fin de temps 3 malgré tous nos espoirs, nous ne sommes toujours pas parvenus à nous réunir.

 

Pour ne plus souffrir, il nous faut donc absolument pendant ce temps 4 nous séparer de cet amour de compensation, si décevant. Puisque nous n’avons pas réussi à nous réunir, il vaut mieux rompre !  Aussi allons-nous devoir réagir par une crise de rupture, nous vidant ainsi de toutes les tensions accumulées pendant les trois autres temps du cycle.

 

Notons au passage que chacun de nous aura sa façon personnelle de se séparer de l’autre et que toutes nos séparations peuvent prendre des formes multiples : fracassantes, sournoises ou même parfois silencieuses. Mais toutes ces crises sont salutaires car elles nous permettent de nous assouvir, de nous soulager et de stopper l’inflation croissante des douleurs. Sans cette crise, sans cette soupape de sécurité, nos souffrances s’amplifieraient à l’infini et nous deviendrions des bombes de violence.

 

 

Si l’on devait résumer l’ambiance générale des quatre temps du cycle traumatique, on pourrait le faire ainsi : le temps1 est celui où on est loin de l’autre ; dans le temps 2, tout ce que l’on fait on le fait POUR l’autre ; dans le temps 3, on fait CONTRE l’autre et dans le temps 4 on fait SANS l’autre.

 

Il reste à chacun de rencontrer le nom précis des quatre temps de son cycle personnel.

Trouver ces quatre noms secrets est le vrai baptême spirituel de notre vraie identité. Souvent c’est grâce à la psychanalyse corporelle, au revécu de nos scènes traumatiques qu’un premier sentiment des quatre temps de notre cycle s’impose…

 

La psychanalyse corporelle permet ainsi de mieux voir ce que nous nous contentons d’être, fidèles à notre histoire, et d’avoir un aperçu de ce que nous pourrions être.