L'analysant s'allonge sur le sol. 

Le psychanalyste corporel va alors poser ses mains sur le crâne, les pieds, le bras et venir agir sur ce que les ostéopathes appellent le Mouvement Respiratoire Primaire. 

 

Cela va déclencher chez l'analysant un premier spasme qui ressemble à un hoquet. Il entraine, dans cette contraction abdominale, un effondrement thoracique et une lordose cervicale. 

Il est court et est suivi d'un relâchement total du corps. 

 

 

 

S'en suivront d'autres spasmes, plus nombreux, dont la fréquence et l'intensité augmentent... Ce que nous appelons une "cascade de spasmes".

 

Le psychanalyste corporel stimule par différentes techniques ces sursauts conscients et involontaires. 

 

Conscient parce que lors d'une séance, l'analysant garde toute sa conscience. Il n'est nullement question d'hypnose ou d'autres techniques permettant de "faire décrocher le mental".

 

Involontaires parce que ces spasmes échappent complètement à la personne allongée. Il n'y a RIEN à faire, si ce n'est laisser faire. 

 

L'analysant va alors ressentir des spasmes de plus en plus forts et rapprochés. 

 

Cette "tension lapsusale" accumulée dans les abdominaux va ensuite se diffuser dans les extrémités, les membres, le dos...Nous parlons de transfert de la tension lapsusale...

 

Le passage par le corps présente un immense avantage, celui de court-circuiter le mental. Quand la tête laisse parler le corps, l’inconscient se manifeste d’une façon assez incroyable jusqu’à revivre et raconter dans les moindres détails ce qui est arrivé trente ou quarante ans plus tôt.

 

 

 

Le corps s'exprime alors au travers de tensions musculaires, de conflits articulaires, laissant apparaitre des images dans un premier temps diffuses.  Jusqu'à devenir, au fil des sessions,  extremement précises et de réellement mimer une "scène" traumatique du passé ne laissant aucune place au doute.

 

 

En fin de séance, dans un premier temps,  L'analysant note ce qu'il vient de vivre .

 

Il verbalise ensuite ce qu'il vient de vivre CORPORELLEMENT, EMOTIONNELLEMENT ET INTERIEUREMENT lors d'un échange avec le psychanalyste corporel.